Tout savoir sur la sécheresse intime

par Soraya

Aussi appelée sécheresse vulvaire ou sécheresse vaginale, la sécheresse intime touche de nombreuses femmes au cours de leur vie. Pour en savoir plus sur ce phénomène et découvrir comment y remédier, c’est par ici ! 

La sécheresse intime, c’est quoi ?

La sécheresse intime est une diminution, voire une absence totale de lubrification naturelle sur la muqueuse du vagin. Si ce phénomène apparaît fréquemment à la ménopause, pendant la grossesse et après l’accouchement, il peut toutefois survenir à tout moment dans la vie d’une femme. 

Beaucoup de facteurs peuvent en effet compromettre la bonne hydratation de cette zone, tels que :

La sécheresse intime n’est pas un trouble grave, mais elle peut causer certains désagréments et notamment favoriser les risques d’infections urinaires et de mycoses vaginales.

À quoi reconnaît-on une sécheresse vaginale ?

La sécheresse intime est assez facile à identifier. Si la paroi du vagin n’est pas assez lubrifiée, il peut s’ensuivre de petites fissures qui causent une sensation de brûlure et une douleur liée à l’irritation. 

En outre, la sécheresse vaginale prive les tissus de leur élasticité et peut, de ce fait, générer une atrophie vaginale, qui réduit l’entrée du vagin et peut provoquer une douleur lors des rapports sexuels et des examens gynécologiques. La sécheresse intime se manifeste par un ou plusieurs de ces symptômes : 

  • Un inconfort important au niveau de la vulve et du vagin,
  • Un manque ou une absence de lubrification de la muqueuse,
  • Une douleur lors des rapports sexuels et des examens gynécologiques,
  • Une sensation de brûlure et d’irritation à la miction,
  • Des démangeaisons sur les lèvres et la vulve,
  • Des traces de sang rosées et des micro-fissures à l’entrée du vagin.

Si vous suspectez une sécheresse vaginale, demandez conseil à un professionnel de santé pour suivre un traitement adapté.

À quoi reconnaît-on une sécheresse vaginale ?

La sécheresse intime est assez facile à identifier. Si la paroi du vagin n’est pas assez lubrifiée, il peut s’ensuivre de petites fissures qui causent une sensation de brûlure et une douleur liée à l’irritation. 

En outre, la sécheresse vaginale prive les tissus de leur élasticité et peut, de ce fait, générer une atrophie vaginale, qui réduit l’entrée du vagin et peut provoquer une douleur lors des rapports sexuels et des examens gynécologiques. La sécheresse intime se manifeste par un ou plusieurs de ces symptômes : 

  • Un inconfort important au niveau de la vulve et du vagin,
  • Un manque ou une absence de lubrification de la muqueuse,
  • Une douleur lors des rapports sexuels et des examens gynécologiques,
  • Une sensation de brûlure et d’irritation à la miction,
  • Des démangeaisons sur les lèvres et la vulve,
  • Des traces de sang rosées et des micro-fissures à l’entrée du vagin.

Si vous suspectez une sécheresse vaginale, demandez conseil à un professionnel de santé pour suivre un traitement adapté.

Les causes et origines de la sécheresse intime 

À quels moments surviennent les sécheresses vaginales et pourquoi ? On fait le point avec vous :

Des fluctuations hormonales  

L’une des causes fréquentes d’une sécheresse vulvaire est la baisse du taux d’œstrogènes dans le corps. Cela peut être lié à une grossesse, durant laquelle les hormones fluctuent, ou à la période suivant l’accouchement. Lors du post-partum, le taux d’oestrogènes baisse considérablement, en particulier en cas d’allaitement. 

La ménopause est quant à elle la première cause de sécheresse vaginale. En effet, chez les femmes ménopausées, la production d'oestrogènes est en baisse, ce qui cause un manque de lubrification des parois vaginales.                                                                                                       

L’hygiène de vie

Certaines habitudes quotidiennes peuvent être néfastes à votre santé intime. C’est notamment le cas des douches vaginales répétées et de l’épilation vulvaire, qui nuisent à la flore vaginale et à la lubrification naturelle des muqueuses. 

Pour limiter les risques de sécheresses vaginales, il peut être bénéfique d’alterner les protections hygiéniques internes (tampons périodiques, cup menstruelle…), avec des protections externes (serviettes hygiéniques, protège-slips, culottes menstruelles…). 

Par ailleurs, si vous êtes sujette à la sécheresse vaginale et aux démangeaisons, privilégiez les protections hygiéniques 100% bio (tampon bio, serviette hygiénique bio, culotte menstruelle, protège-slip bio…), plus respectueuses de votre flore intime. La cup menstruelle en silicone médical est aussi une bonne alternative pour les muqueuses fragilisées.

La prise de certains médicaments

La prise d’un traitement peut parfois provoquer des troubles de l'hydratation vaginale et impacter la flore intime. C’est le cas par exemple des médicaments suivants : 

  • Les antihistaminiques,
  • Les antidépresseurs tricycliques, 
  • Les vasoconstricteurs,
  • Les antibiotiques,
  • Certaines pilules contraceptives,
  • Les antipsychotiques,
  • Les traitements anticancéreux.

Les autres causes de la sécheresse intime

On retrouve un grand nombre d’autres facteurs pouvant causer des sécheresses vaginales, tels que : 

En outre, certaines précautions prises au cours de sa vie sexuelle peuvent jouer un rôle important dans une bonne santé intime. Ainsi, des rapports sexuels sans préliminaires ou sans préservatif lubrifié sont susceptibles d’irriter la muqueuse et de créer une sécheresse intime. 

Que faire face à une sécheresse intime ?

Il existe heureusement de nombreux moyens pour remédier à la sécheresse intime et aux désagréments qui y sont liés. 

Tout d’abord, si la cause est exogène, des solutions simples peuvent suffire à remédier au problème définitivement. C’est le cas d’une bonne hygiène intime, en limitant les douches vaginales et en préférant un soin intime doux d’origine naturelle aux produits d’hygiène intime chimiques et parfumés.

Comme expliqué plus haut, lorsque la flore vaginale est fragile, il est également conseillé de privilégier les protections intimes biologiques.

Les traitements hormonaux de types THM (traitement hormonal de la ménopause), sont quant à eux adaptés lorsque l’origine des sécheresses est endocrine. 

Pour rétablir une hydratation normale du vagin, il existe des traitements à base d’oestrogènes, disponibles sous plusieurs formes (patchs ; ovules intravaginaux ; crèmes ou gel en application locale ; traitements par voie orale…)

Dans le cas d’une sécheresse vulvaire persistante, l’utilisation régulière d’un gel hydratant intime ou d’une crème hydratante vaginale peut s'avérer utile, de même que l’utilisation de lubrifiants pour faciliter les rapports sexuels (préservatifs lubrifiés ou lubrifiant à base d’eau). 

Si le problème persiste, votre médecin vous conseillera peut-être des ovules d’acide hyaluronique, qui peuvent faciliter la cicatrisation et hydrater la paroi du vagin, ou encore un traitement au laser, pour régénérer la muqueuse vaginale. 

Dans tous les cas, une consultation médicale est fortement conseillée pour faire le point les causes et trouver le traitement le plus adapté.