Tout savoir sur les ovaires

December 30, 2020 par Nikita

Les ovaires sont les organes de la reproduction féminine au même titre que les testicules chez l’homme. Non seulement ils fabriquent les ovules mais en plus ils produisent les hormones sexuelles et régissent le cycle féminin. Un dysfonctionnement des ovaires peut entraîner des troubles du cycle menstruel, des règles irrégulières et une infertilité, c’est pourquoi il est important d’en prendre soin. On vous explique tout sur le fonctionnement et l’utilité des ovaires et on vous donne quelques conseils afin de les préserver au maximum.

A quoi ressemblent les ovaires ? 

Les ovaires font partie de l’appareil reproducteur féminin. Il s’agit de deux petites glandes de forme ovale se trouvant à l’intérieur du bas ventre. Elles sont connectées à la partie haute de l’utérus, à gauche et à droite, par les trompes de Fallope. Leur taille est à peu près équivalente à celle des testicules chez l'homme, c'est-à-dire environ 2,5 cm de large pour 3,5 cm de long.

Ce sont des glandes dites mixtes car elles ont à la fois une fonction endocrine (elles fabriquent les hormones sexuelles) et exocrine (elles fabriquent les ovules, soit les cellules sexuelles féminines).

Les ovaires produisent les hormones sexuelles

Les ovaires ont pour fonction de fabriquer les hormones sexuelles féminines, en particulier les œstrogènes et la progestérone. Leur niveau va varier tout au long de notre vie de femme ou de personne menstruée : de la puberté jusqu'à la ménopause, en passant par la grossesse. 

Les ovaires déclenchent la puberté 

Ces hormones ont un rôle extrêmement important puisqu’elles régulent la croissance des caractères sexuels dits secondaires lors de la puberté chez la jeune-fille : seins, silhouette, voix, pilosité.

Les hormones ovariennes et le cycle menstruel adulte

Elles orchestrent également le cycle menstruel en déclenchant l’ovulation puis l’arrivée des règles. Le cycle ovarien se découpe en plusieurs phases. Pour simplifier le découpage des phases ovariennes, nous allons prendre pour référence un cycle menstruel d'une durée de 28 jours (à savoir que certains sont plus longs et d'autres plus courts) : 

  • Le début du cycle ou phase folliculaire : plusieurs ovocytes se préparent à être expulsés. Ces ovocytes sont contenus dans des follicules (une sorte d'écrin) qui vont grossir pendant les 14 premiers jours du cycle. Un des follicules (follicule de Graaf) va devenir plus gros que les autres, et c'est lui qui va libérer son ovocyte. Il n'y a donc qu'un ovocyte libéré sur plusieurs ovocytes prêts à être expulsés. Entre temps, les hormones ovariennes oestrogènes) ont fait épaissir l'endomètre utérin.
  • La phase ovulatoire : le follicule libère l'ovocyte, qui est recueilli par les trompes et devient un ovule. Cette phase dure 24h pendant lesquelles l'ovule peut être fécondé par un spermatozoïde dans l'utérus. 
  • La phase lutéale ou post-ovulatoire : Le follicule vide se transforme alors en une structure que l’on appelle corps jaune. Ce corps jaune produit des œstrogènes mais surtout une grande quantité de progestérone. La progestérone stimule l’endomètre qui s’enrichit en nutriments pour être prêt pour une grossesse. Si vous n’êtes pas enceinte, l’ovule non fécondé va commencer à se décomposer amenant aux règles. 
  • Les règles : sans ovule fécondé, la muqueuse utérine (endomètre) se désagrège et est évacuée par des pertes sanguines.

Le cycle ovarien et le cycle utérin sont donc intimement liés. 

Quand les ovaires ne produisent plus d'ovules : la ménopause

Lorsque les ovaires cessent de fonctionner, notre taux d’hormones ovariennes diminue progressivement : les règles deviennent irrégulières pendant la pré-ménopause. Lorsque les menstruations s'arrêtent complètement, on parle alors de ménopause

Les ovaires fabriquent les ovules

Nous naissons avec un stock d'ovocytes qui pourront peut-être devenir un ovule. Au cours de sa vie, une femme produit entre 300 et 400 ovules mais à la naissance, elle possède 400 000 ovocytes en stock dans ses ovaires. Plus d'explications sur ce processus dans la section sur les hormones sexuelles. 

Environ une fois par mois, l’un de nos ovaires produit un ovule, c’est-à-dire une cellule sexuelle prête à être fécondée. Quand l'ovaire droit libère un ovule, c'est généralement le tour du gauche le mois suivant. Mais il peut aussi arriver que le même ovaire libère plusieurs ovules d'affilé ! Lorsque qu’il est mature, cet ovule quitte l’ovaire pour passer dans les trompes de Fallope. C’est à ce moment qu’il peut être fécondé par un spermatozoïde. L’ovule descend ensuite dans l’utérus. S’il est fécondé, il va s’accrocher à la muqueuse utérine et se développer jusqu’à former un embryon puis un fœtus. Si vous n’êtes pas enceinte, l’ovule se désagrège et est évacué avec les règles. 

Protéger et prendre soin de ses ovaires

Les ovaires sont des organes particulièrement fragiles qui peuvent être sujets à des malformations, des infections ou des maladies comme le cancer. Dans certains cas, l’ablation chirurgicale de l’un ou des deux ovaires est nécessaire. Cela peut entraîner un dérèglement du cycle menstruel mais également conduire à la stérilité. Voici quelques conseils afin de vous aider à préserver vos ovaires :

  • Se protéger des IST : certaines Infections Sexuellement Transmissibles comme les chlamydias, la gonorrhée ou la syphilis peuvent remonter jusqu’aux ovaires via les trompes de Fallope et ainsi les endommager de façon définitive. L’utilisation d’un préservatif lors des rapports sexuels avec pénétration permet de limiter considérablement ce risque. 
  • Arrêter de fumer : Les additifs chimiques présents dans la cigarette favorisent ce que l’on appelle le vieillissement ovarien. On estime que l’âge de la ménopause est avancé de 3 ans chez les femmes fumeuses. Stopper le tabac permet donc de préserver vos ovaires et de prolonger votre fertilité.
  • Surveiller son poids. Lorsque notre IMC est anormalement élevé, cela perturbe les ovaires qui peuvent alors sécréter moins d’hormones sexuelles et ralentir le rythme d’ovulation. Un excès de graisse peut aussi conduire les ovaires à produire trop de testostérone ce qui peut créer des kystes ovariens et des tumeurs. L'activité physique est aussi à privilégier dans ce cadre.
  • Bien manger : Une alimentation trop riche en graisses et particulièrement en graisses dites saturées peut abimer les ovaires et diminuer  la fécondité. Au contraire, consommer des antioxydants, que l’on trouve principalement dans les fruits et les légumes, permet de ralentir le vieillissement ovarien. 

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Selon une étude réalisée par l’INSERM, 1 femme sur 10 est concernée par le syndrome des ovaires polykystiques. Cette maladie hormonale est la première cause d’infertilité féminine en France. Elle est causée par une production excessive de testostérone par les ovaires. En résulte des ovulations beaucoup plus rares et donc des cycles menstruels irréguliers et très longs, pouvant dépasser les 45 jours. Ce dysfonctionnement ovarien entraîne aussi souvent d’autres symptômes comme une hyper-pilosité, de l’acné hormonale et une chute des cheveux. Les femmes atteintes du SOPK sont aussi plus à risque de développer un diabète ou des maladies cardiovasculaires. 

Le cancer des ovaires 

Le cancer des ovaires est une maladie silencieuse qui se développe le plus souvent sans aucun symptôme. Les douleurs dans le bas ventre n’apparaissent que lorsque l’ovaire a atteint un volume important et comprime les organes voisins. C’est pourquoi il est malheureusement généralement dépisté à un stade avancé lorsque l’ablation des ovaires est inévitable. Si ce type de cancer a souvent une origine génétique, il a été démontré que le fait de prendre une contraception hormonale ou un traitement substitutif de la ménopause pouvait réduire les risques.

C'est pourquoi il est important de consulter un gynécologue régulièrement.

Photo by Annie Spratt on Unsplash