Comprendre l'endométriose

April 10, 2020 par Nikita

Près d’une femme sur dix est atteinte d’endométriose. Un chiffre qui fait froid dans le dos, surtout lorsque l’on sait combien les douleurs provoquées par cette maladie gynécologique sont intenses. Quels sont les symptômes de l’endométriose? Quand faut-il s’inquiéter ? Existe-t’il des traitements efficaces? Faisons le point sur cette maladie encore méconnue.

Toutes les femmes le savent, les règles sont loin d’être une partie de plaisir car elles s’accompagnent presque inévitablement de douleurs abdominales. Le coupable : l’utérus, qui se contracte pour évacuer les pertes sanguines. Avoir mal au ventre pendant ses menstruations est donc naturel, mais pas au point d’être pliée en deux. «Les douleurs doivent rester d’intensité modérée et être soulagées rapidement par la prise d’un antalgique. Si vous devez vous gaver de médicaments ou que vos règles sont une véritable souffrance, il est urgent de consulter» explique la gynécologue Rose Saloua El Falah. En outre, il pourrait bien s’agir de l’endométriose.

Qu'est-ce que l'endométriose ?

Cette maladie provient d’un dysfonctionnement de l’endomètre, la muqueuse qui tapisse les parois internes de l’utérus. A la fin du cycle menstruel, lorsque la fécondation n’a pas lieu, cet endomètre se désagrège et est évacué naturellement: ce sont les règles. Chez les femmes atteintes d’endométriose, certaines cellules de l’endomètre ne sont pas expulsées et migrent vers d’autres organes dits de voisinage comme les ovaires, le péritoine, la vessie ou le rectum. Pour le Dr Rose Saloua El Falah « le problème est que ces cellules réagissent comme de l’endomètre normal dans des organes qui sont pas conçus pour en recevoir. Au moment des règles, la muqueuse suit son cycle naturel et se décompose. Comme le sang ne peut pas être évacué, il stagne». Cela entraine une réaction inflammatoire qui se traduit par des lésions très douloureuses comme des kystes, des nodules et des adhérences entre les organes. Les règles deviennent alors une véritable souffrance.

Les symptômes de l'endométriose

En fonction de l’organe colonisé, les symptômes de l’endométriose diffèrent. Si la vessie ou le rectum sont touchés, cela peut entrainer des difficultés pour uriner et aller à la selle. Une lésion sur le ligament qui relie l’utérus au sacrum et les rapports sexuels avec pénétration deviennent un véritable calvaire. Si ce sont les ovaires ou les trompes de Fallope qui sont atteints, le risque d’infertilité devient très élevé. « On estime que 40% des femmes qui ont de l’endométriose ont des difficultés à concevoir. C’est énorme » explique la gynécologue.

" Il y a une vraie méconnaissance de l'endométriose "

Dr Rose Saloua El Falah

Diagnostic de l'endométriose

Malgré ces chiffres alarmants, l’endométriose est encore sous-diagnostiquée. Entre l’apparition des premiers symptômes et la pose du diagnostic, il se passe en moyenne cinq années ! Une phase d’errance médicale qui peut s’expliquer en partie par la complexité de cette maladie qui engendre des symptômes très différents, mais aussi par le manque d’études scientifiques. « Il y a une vraie méconnaissance de l’endométriose.  Elle touche 10 % des femmes et pourtant nous sommes encore incapables d’en déterminer précisément les causes. Nous ne savons pas vraiment si le problème est purement hormonal ou s’il s’agit d’une défaillance du système immunitaire» déplore le Dr Rose Saloua El Falah.  

Traitement de l'endométriose

S’il n’existe malheureusement pas de traitement définitif de l’endométriose, certaines thérapies hormonales permettent de ralentir la progression de la maladie et de diminuer les douleurs. La prise en continu d’une pilule microprogestative ou la pose d’un stérilet hormonal sont aussi parfois des solutions efficaces. Enfin, dans certains cas, c’est la chirurgie qui s’impose afin de retirer les kystes,  oules nodules et de supprimer les adhérences. 

Grâce à une prise de conscience générale, le tabou autour de l’endométriose est en train de tomber. La parole des femmes se libère et des moyens financiers ont été débloqués pour des études  médicales. Grâce à leurs résultats, de nouveaux traitements, plus efficaces, devraient voir le jour dans les prochaines années.