Tout savoir sur la pilule contraceptive : le guide complet

par Soraya

Adoptée par près de 4 femmes sur 10, la pilule est le moyen contraceptif le plus utilisé en France. C’est en effet l’une des méthodes les plus efficaces. Mais comment fonctionne ce contraceptif oral au juste ? Quels sont les différents types de pilules, les effets secondaires et les contre-indications ? Et comment bien prendre sa pilule ? On répond à toutes vos questions sur le sujet.  

Qu’est-ce qu’une pilule contraceptive ?

Commercialisée depuis les années 60, la pilule est un moyen contraceptif préventif, qui se présente sous la forme de comprimés à avaler. Les pilules sont composées d’hormones de synthèse qui vont stopper l’ovulation et ainsi prévenir les risques de grossesse. 

La pilule est efficace à 99,7 % selon le site choisirsacontraception.fr, à condition toutefois d’être prise correctement, sans aucun oubli. De plus, d’autres facteurs peuvent impacter l’efficacité de ce contraceptif, tels que des vomissements ou des interactions avec d’autres médicaments.

Attention, la prise de la pilule contraceptive ne protège pas contre les IST (infections sexuellement transmissibles). Seul l’usage d’un préservatif sera efficace pour cela.  

Quels sont les différents types de pilules contraceptives ?

Il existe deux types de pilules contraceptives : les pilules combinées et les pilules progestatives.

Les pilules combinées ou estroprogestatives

Les pilules combinées, ou pilules estro-progestatives, sont les plus utilisées. Elles contiennent deux dérivés d’hormones : un œstrogène de synthèse (il s’agit le plus souvent d’éthinylestradiol) et un progestatif, qui varie selon les marques.

Ces pilules sont contre-indiquées dans le cas de maladies cardiovasculaires, de diabète grave, d’obésité, d’hypertension artérielle sévère, de cancer du sein, de cancer de l'endomètre, de cancer de l’ovaire, de thrombose, ou de phlébite, entre autres. La pilule combinée ne peut pas non plus être prise par les femmes qui allaitent, ni par les femmes de plus de 35 ans qui fument. 

S’il n’y a aucun facteur de risque, c’est généralement la pilule combinée qui sera prescrite par le praticien.

La pilule combinée a plusieurs modes d’action : bloquer la libération d’un ovule par l’ovaire, en diminuant la sécrétion d’hormones responsables de l’ovulation (FSH - hormone folliculo-stimulante - et LH - hormone lutéinisante)  ; modifier la muqueuse utérine pour empêcher la nidation de l’embryon ; épaissir la glaire cervicale qui devient impénétrable par les spermatozoïdes.

Il faut savoir que ces pilules sont classées par « génération », c’est-à-dire en fonction de leur date de commercialisation. On distingue ainsi : 

  • Les pilules de 1ère génération : apparues dans les années 60, elles contenaient des doses importantes d’œstrogènes et de la noréthistérone en guise de progestatif. Cette pilule provoquait des effets secondaires assez importants, tels que des tensions mammaires, des nausées, des maux de tête, de la rétention d’eau et certains troubles vasculaires. Elles ne sont quasiment plus commercialisées aujourd’hui. 
  • Les pilules de 2ème génération : commercialisées dans les années 70, elles contiennent des progestatifs tels que du lévonorgestrel, ou du norgestrel. Le dosage d’œstrogènes est moins élevé (on parle de pilules “minidosées”), ce qui permet de réduire les effets secondaires. 
  • Les pilules de 3ème génération : elle date des années 90. Le progestatif utilisé est le norgestimate, le désogestrel, ou le gestodène, et l’œstrogène est présent à faible dose. Cette composition permet de limiter les effets secondaires, mais le risque d’accident thromboembolique est plus élevé. 
  • Les pilules de 4ème génération : créées dans les années 2000, elles contiennent comme progestatif de la drospirénone, du diénogest, de la chlormadinone, ou bien du nomégestrol. Les effets secondaires sont nombreux et ces pilules présentent des risques accrus d’accident veineux, plus élevés par rapport à la pilule de 2ème génération. 

Par ailleurs, selon les marques, les quantités d’œstrogènes et de progestatifs varient. On distingue ainsi : 

  • Les pilules monophasiques : tous les comprimés de la plaquette ont un dosage unique,
  • Les pilules biphasiques : une même plaquette regroupe des comprimés avec  deux dosages différents,
  • Les pilules triphasiques : avec trois dosages différents sur la plaquette,

Les pilules progestatives 

La pilule progestative, ou pilule microprogestative, contient une seule hormone de synthèse, dérivée de la progestérone : les progestatifs (il peut s’agir de lévonorgestrel ou de désogestrel).

Cette pilule est généralement prescrite lorsque la pilule combinée est contre-indiquée. Elle doit être prise à heure fixe, de manière continue, sans aucune interruption (les plaquettes sont composées de 28 comprimés). 

Les pilules progestatives vont bloquer le passage des spermatozoïdes en agissant sur l’épaisseur de la glaire cervicale, mais elles ne bloquent pas systématiquement l'ovulation. 

Comment bien prendre la pilule ?

Les plaquettes de pilules combinées peuvent contenir 21 ou 28 comprimés. 

S’il y a 21 comprimés, un arrêt de 7 jours est prévu avant d’enchaîner avec la plaquette suivante. C’est généralement au troisième jour d’arrêt que surviennent les saignements (appelés à défaut “règles”, il s’agit en fait d’hémorragies de privation provoquées par l’arrêt de la prise de pilules). Au 8ème jour, il faudra commencer la nouvelle plaquette. 

Certaines plaquettes de pilules combinées contiennent 28 comprimés : elles peuvent donc se prendre sans interruption. Les 7 derniers comprimés de la plaquette sont dépourvus de substance active (ils sont généralement d’une couleur différente). Les “règles” (ou saignements artificiels de privation) arriveront alors durant la prise de ces comprimés “placebos”.

À savoir : si vous prenez la pilule pour la première fois, il faudra débuter la plaquette le premier jour de vos règles

La pilule progestative doit, quant à elle, impérativement être prise à la même heure de façon stricte. En effet, le retard par rapport à l’heure de prise habituelle ne doit pas excéder trois heures.

Il est également conseillé de prendre la pilule combinée à heure fixe tous les jours. Même si un retard de 12 heures est toléré pour ce type de pilule, une prise régulière permet de limiter les oublis et ainsi de bénéficier d’une efficacité optimale.

Peut-on enchaîner deux plaquettes de pilules ?

Il est en effet possible d’enchaîner deux plaquettes de pilules combinées (si vous êtes en vacances et que vous voulez stopper vos règles, par exemple). Cela ne présente aucun risque. Vous pourrez enchaîner directement avec la plaquette suivante sans faire d’arrêt si la plaquette est composée de 21 comprimés ; ou bien ne pas prendre les comprimés placebos si la plaquette contient 28 comprimés. En enchaînant deux plaquettes, vous n’aurez donc aucun saignement artificiel. 

La plaquette de pilules progestatives doit quant à elle être prise en continu. 

Que faire en cas d’oubli ?

En cas d’oubli de votre pilule combinée, consultez la notice et suivez les recommandations indiquées. Généralement, il faut prendre immédiatement le comprimé oublié, et prendre le comprimé suivant à l’heure habituelle (même si cela signifie une prise de 2 comprimés le même jour). 

Pour la pilule combinée, un retard inférieur à 12 heures ne présente généralement pas de risque de grossesse. Si l’oubli est supérieur à 12 heures après l’heure habituelle, il y a plusieurs cas de figure : 

  • Si l'oubli a lieu la 1ère semaine de la plaquette : utilisez une méthode contraceptive complémentaire (préservatif) pendant les 7 jours suivants. 
  • Si l’oubli a lieu la 2ème semaine : aucun contraceptif complémentaire n’est nécessaire si tous les comprimés de la première semaine ont été pris correctement.

  • Si l’oubli a lieu pendant la 3ème semaine de la plaquette : terminez la plaquette et enchaînez directement, sans interruption, avec les comprimés de la plaquette suivante.

Comment ne plus oublier sa pilule ?

On estime que 40 % des femmes de 20 à 30 ans oublieraient leur pilule au moins une fois par mois. Pour éviter d’oublier votre pilule, voici quelques astuces : 

  • Placez votre plaquette en évidence, là où vous êtes sûre de la voir (sur la table de nuit, près de la brosse à dents…) ; 
  • Programmez un rappel journalier ou une alarme sur votre téléphone ; 
  • Téléchargez une application mobile dédiée pour avoir des rappels et savoir comment gérer les oublis, comme Pill’Oops, une application développée par le Planning Familial.
  • Pensez à mettre une plaquette de secours dans votre sac à main ou dans votre portefeuille, pour vous dépanner en cas d’oubli.

Les avantages et inconvénients de la pilule 

Comme tout contraceptif, la pilule présente quelques avantages et inconvénients. 

Voici les principaux avantages de la contraception orale : 

Voici quelques inconvénients liés à la pilule contraceptive : 

  • l’usage de la pilule est souvent sujet aux oublis,
  • dans de très rares cas, certaines pilules peuvent avoir des effets graves sur la santé : infarctus du myocarde, pancréatite, calcul biliaire, formation de caillots sanguins…  
  • elle peut avoir des effets secondaires, qui varient en fonction du type de pilule : 
    • prise de poids, 
    • migraine, 
    • nausées,
    • jambes lourdes, 
    • saignements entre les règles ou spotting,
    • troubles de l’humeur,
    • chute de cheveux,
    • acné,
    • hypertension artérielle,
    • irritation des yeux et désagréments avec le port de lentilles de contact,
    • tensions dans les seins, 
    • douleurs lombaires… 

Si vous rencontrez des effets secondaires, n’hésitez pas à en parler à votre médecin ou à votre gynécologue qui vous prescrira une pilule plus adaptée.  

Comment obtenir la pilule contraceptive ?

La prise de la pilule contraceptive est possible dès les premières règles. Mais avant de prendre la pilule pour la première fois, il est nécessaire de réaliser une consultation médicale avec un médecin généraliste ou un gynécologue. Ce dernier va ainsi vérifier s’il y a d’éventuelles contre-indications ou facteurs de risques liés à la prise de pilule. Il pourra ainsi prescrire la contraception la plus adaptée. La pilule contraceptive est ensuite délivrée en pharmacie sur présentation d’une ordonnance.  

Le planning familial délivre notamment des prescriptions de pilule contraceptive aux mineures de façon anonyme et gratuite.

Pilule : prix et remboursement 

En fonction du type de pilule, le prix varie entre 3 et 10 € par mois, en moyenne. Les pilules sont gratuites pour les jeunes filles de 15 à 18 ans munies d’une ordonnance. 

Pour les femmes majeures, certaines pilules sont remboursées à 65 % par l’Assurance maladie, uniquement sur prescription médicale.