Le dépistage des infections sexuellement transmissibles (IST)

March 16, 2021 par Nikita

Si vous avez une vie sexuelle active, il est important de réaliser régulièrement des tests de dépistage des maladies sexuellement transmissibles. À quoi ressemblent ces  tests ? À quelle fréquence faut-il les réaliser ? Où faut-il se rendre ? On vous explique tout sur le dépistage des IST.

C’est quoi le dépistage IST ?

Après des rapports sexuels (avec ou sans pénétration), des virus, bactéries ou autres parasites peuvent se faire un chemin dans vos organes génitaux, causant ainsi des MST (maladie sexuellement transmissible). 

Ces dernières peuvent être diverses et variées ; virus du sida, hépatite B, syphilis, chlamydiose, herpès, virus du papillome humain, blennoragie, vaginite, infection à mycoplasmes ou encore des mycose vaginale. 

Au vu de la diversité de ces infections, les symptômes sont tout aussi variés. Si certaines causent de simples irritations, d’autres peuvent avoir des conséquences beaucoup plus graves, comme la stérilité, le cancer du col de l’utérus, l’affaiblissement du système immunitaire, etc. 

Alors pour limiter ces risques, un traitement rapide est nécessaire. C’est dans ce contexte que le test de dépistage des infections sexuellement transmissibles intervient. 

Dans quels cas faut-il faire un dépistage des IST ?

Plusieurs cas imposent de se faire dépister :

  • Après un rapport sexuel à risque. En cas de rapport sexuel non protégé ou de rupture du préservatif, il est impératif de faire des tests de dépistage.
  • En cas de symptômes évocateurs d’une IST comme des démangeaisons génitales, des pertes vaginales jaunâtres ou malodorantes, des verrues ou des plaies, une sensation de brûlure en urinant.
  • Avant d’avoir des rapports non protégés avec votre partenaire. Si vous avez débuté une relation exclusive avec un nouveau partenaire,  il est important de vous faire dépister tous les deux avant d’enlever le préservatif.
  • De manière préventive si vous avez une vie sexuelle active. Cela vous concerne même si vous utilisez des préservatifs, car certaines IST se transmettent lors de rapports bucco-génitaux (cunnilingus, fellation, anulingus) et même de simples caresses sexuelles.
  • Si vous êtes enceinte. Certaines maladies comme la syphilis ou la chlamydia sont transmissibles de la mère à l’enfant. Il est donc nécessaire de faire un check-up complet en début de grossesse.

Comment se passe le dépistage des IST ?

Toutes les infections sexuellement transmissibles ne se détectent pas de la même manière. En fonction des IST que l’on recherche, il est possible de faire :

  • Une prise de sang

Elle permet de déceler le virus du VIH, la syphilis et les hépatites.

  • Une analyse d’urine

Elle détecte la chlamydia et la gonorrhée

  • Un frottis vaginal

Cet examen permet de mettre en évidence les différents types de papillomavirus, la chlamydia et la gonorrhée.

  • Des prélèvements cellulaires

Ces derniers permettent de diagnostiquer l’herpès génital. En prélevant les cellules au niveau des lésions, le médecin est en mesure de confirmer le diagnostic. 

  • Un test TROD

Grâce à une goutte de sang posée sur une languette réactive, ces tests rapides permettent de détecter en quelques minutes certaines IST. Certains tests sont spécifiques pour le VIH, d’autres pour la syphilis et les hépatites. Les tests TROD sont toutefois moins fiables que les examens sanguins ou urinaires.

Lorsque l’on veut réaliser un dépistage complet, il est très fréquent que l’on associe  prélèvement sanguin et test urinaire.

Quand faire un dépistage des infections sexuellement transmissibles ?

Prendre en compte le délai d’incubation

Entre le moment où vous êtes contaminé par une infection sexuellement transmissible et le moment où celle-ci est détectable, il se passe un certain laps de temps. Cette durée varie en fonction des maladies :

  • la gonorrhée = 7 jours
  • la chlamydia = 2 semaines
  • la syphilis = 6 semaines pour une prise de sang et 12 semaines avec le test TROD
  • l’hépatite B = 8 mois
  • le VIH = 6 semaines pour une prise de sang et 12 semaines avec le test TROD

Il est donc inutile de se précipiter  pour faire des tests après un rapport sexuel non protégé, la plupart des IST n’étant pas détectables avant plusieurs semaines. Un dépistage complet est possible 6 semaines après la dernière prise de risque.

En cas de rapport non protégé ou de rupture d’un préservatif, le mieux est de passer un coup de fil à votre médecin. Si la situation l’exige, il pourra vous prescrire un traitement préventif pour le VIH.

A quelle fréquence faut-il se faire dépister ?

Si vous avez plusieurs partenaires sexuels dans l’année, il est recommandé d’effectuer des tests de dépistage d’infection sexuellement transmissible tous les 3 mois, même si vous utilisez systématiquement des préservatifs. En cas de partenaire exclusif, on vous conseille de réaliser au moins un test par an.

Où se faire dépister ?

Pour effectuer le dépistage d’une infection sexuellement transmissible plusieurs solutions existent :

  • prendre rendez-vous chez son médecin généraliste, son gynécologue ou sa sage-femme afin d’obtenir une prescription, puis se rendre dans un laboratoire pour réaliser les prélèvements ( sanguins et ou urinaires)
  • aller dans un centre de planning familial ou une association spécialisée
  • se rendre dans un centre de référence VIH et IST. Vous pouvez retrouver toutes leurs adresses sur le site de sida info Service.

Quels sont les résultats du dépistage ?

Après les analyses, le laboratoire vous transmet les résultats du dépistage. S’ils se révèlent positifs, il faudra absolument prendre contact avec votre médecin ou gynécologue pour un traitement adapté.

Ces derniers varient en fonction de la maladie infectieuse détectée. Pour en savoir plus, nous vous conseillons de lire notre article sur le sujet. 

Photo by Vladislav Muslakov on Unsplash