Bien comprendre le syndrome prémenstruel (SPM)

October 22, 2020 par Nikita

Le syndrome prémenstruel aussi appelé SPM se manifeste par différents symptômes physiques et émotionnels qui apparaissent quelques jours avant les règles. Pour certaines femmes, cette période peut être très inconfortable et difficile à gérer. Quels sont les causes du SPM? Comment en reconnaître les signes ? Existe-t-il des solutions? Voici quelques explications pour mieux comprendre ce syndrome qui touche près de 90% des femmes.

C’est quoi le syndrome prémenstruel ? 

On parle de syndrome prémenstruel pour désigner un ensemble de symptômes physiques ou psychologiques qui surviennent juste avant les règles. Le SPM apparaît généralement dans les 2 à 7 jours qui précèdent le début des menstruations et disparaît avec l’arrivée des premiers saignements. Les symptômes du syndrome prémenstruel sont très variables d’une femme à l’autre tant par leur nature que par leur intensité. 

Les symptômes physiques du SPM

Le SPM se manifeste en partie par des symptômes physiques qui peuvent être très différents d’une femme à l’autre. Voici  les plus communs:

  • Douleurs et crampes au niveau du ventre
  • Fatigue intense
  • Maux de tête
  • Bouffées de chaleur
  • Constipation ou diarrhée
  • Apparition de boutons d’acné, généralement au niveau du menton
  • Douleurs dans la poitrine et gonflement des seins
  • Apparition de fringales et augmentation de l’appétit
  • Chute de tension pouvant entrainer des évanouissements
  • Rétention d’eau

Les symptômes émotionnels du syndrome prémenstruel

En plus des symptômes physiques, le SPM s’accompagne généralement de manifestation psychologiques comme :

  • Irritabilité. C’est pas le moment de nous chercher des noises !
  • Anxiété
  • Sentiment de mélancolie
  • Sensation d’épuisement psychologique
  • Sautes d’humeur. On est à fleur de peau et on passe sans transition de la joie à la tristesse.
  • Difficultés de concentration
  • Baisse de la libido

Les causes du syndrome prémenstruel

Le SPM est étroitement lié au cycle menstruel. Juste avant les règles, notre corps sécrète une grande quantité de progestérone, cette hormone qui sert à préparer l’utérus à une éventuelle grossesse. Cette explosion du taux de progestérone serait à l’origine du syndrome prémenstruel. Une fois que les règles arrivent, la quantité de progestérone chute et les symptômes du SPM disparaissent. 

Qui est concerné ? 

En théorie, toutes les femmes qui ont leurs règles peuvent être sujettes au syndrome prémenstruel. D’après une étude américaine publiée dans le Journal of Psychiatry and neuroscience, 90% des femmes seraient concernées par le SPM et 35 % d’entre elles présenteraient des symptômes venant perturber leur vie quotidienne, professionnelle et familiale. 

Le trouble dysphorique prémenstruel

Selon la revue médicale suisse,  3 à 8% des femmes souffriraient d’une forme sévère de SPM, appelée trouble dysphorique prémenstruel. Cela se manifeste par des symptômes très violents sur le plan émotionnel pouvant engendrer des épisodes dépressifs, des crises de colère et de panique durant la phase précédant les menstruations. 

Le diagnostic du syndrome prémenstruel

Bien que le syndrome prémenstruel ressemble parfois à d’autres pathologies, il est assez simple à diagnostiquer car les symptômes ont la particularité de cesser quelques heures après l’arrivée des règles. Ils reprennent également systématiquement chaque mois, à l’approche des nouvelles menstruations.  

Le traitement médical du SPM

Si vous souffrez du syndrome prémenstruel et que cela vous gène, n’hésitez pas  à  en parler avec votre médecin généraliste, votre gynécologue ou votre sage-femme. Il existe en effet des traitement médicaux permettant de soulager la plupart des symptômes liés au SPM. La prise de la pilule contraceptive peut également diminuer, voir carrément supprimer les désagréments liés au syndrome prémesntruel. 

Les solutions naturelles pour traiter le syndrome prémenstruel

Sachez que vous n’êtes pas forcément obligée de passer par la case médicaments pour traiter votre SPM, surtout si vos symptômes sont mineurs. Voici quelques solutions naturelles qui ont démontré leur efficacité pour limiter et  soulager les douleurs liées au syndrome prémenstruel :

- Ralentissez votre consommation de caféine et de théine qui peuvent être responsables d’une augmentation du stress. 

- Consommez des aliments riches en sucres lents et en fibres comme le pain complet, les céréales ou encore les légumes. Cela permet d’optimiser la satiété et d’éviter que vous ne vous jetiez sur des aliments gras et sucrés.

- Pensez à la phytothérapie. Certaines plantes comme l’angélique chinoise ou le gattilier sont utiles pour soulager les tensions, le stress et les crampes engendrées par le syndrome prémenstruel. 

- Prenez des compléments alimentaires. La prise combinée de magnésium et de vitamine B6 permet de limiter la fatigue, les crampes musculaires et les maux de tête.

- Miser sur l’activité physique. Lorsqu’on est en plein SPM, on a généralement envie de rien et encore moins de se traîner à la salle de sport. Pourtant la pratique d’une activité physique douce comme le yoga ou la natation est très efficace sur les sautes d’humeur, le stress et la mélancolie. 

- Ressortir la bouillotte. Cette astuce de grand-mère est radicale pour soulager les maux de ventre et les crampes utérines, très courantes pendant le SPM. La chaleur permet en effet de détendre les muscles responsables des douleurs.

Photo by Fabio Neo Amato on Unsplash