Le sexe après une IVG

May 13, 2022 par Nikita

La reprise des rapports sexuels après une Interruption Volontaire de Grossesse peut être une étape difficile pour certaines femmes. Dans cet article, on vous explique comment renouer en douceur avec votre sexualité et votre corps après un avortement. 

C’est quoi une IVG ? 

L’interruption volontaire de grossesse (IVG) ou avortement désigne le fait de mettre fin à une grossesse non désirée grâce à une procédure médicale. Il existe deux types d’IVG :

  • L’IVG médicamenteuse

Il s’agit d’une interruption médicale de la grossesse. Cette méthode consiste à prendre deux médicaments sous forme de comprimés. Le premier servant à interrompre la grossesse et le second à provoquer l’expulsion de l'œuf ou de l’embryon en générant des contractions de l’utérus. En France on peut la pratiquer jusqu’à la septième semaine de grossesse.  D’après les chiffres fournis par le site du gouvernement dédié à l’IVG, le taux de réussite de cette méthode est de 95 %.

L’IVG médicamenteuse peut être pratiquée sous la supervision d’un médecin généraliste, d’un gynécologue ou d’une sage-femme. Elle peut aussi être réalisée dans un centre de planification ( planning familial). Les jeunes-filles mineures n’ont pas besoin de l’autorisation de leurs parents pour avorter. 

  • L’IVG par aspiration

Il s’agit d’une petite intervention chirurgicale qui se déroule à l’hôpital ou dans un centre spécialisé. Elle peut être réalisée sous anesthésie locale ou générale en fonction de votre état de santé et de votre souhait. En passant par le vagin, le médecin va dilater le col de l’utérus puis venir aspirer l'embryon grâce à un tube. Cette méthode est efficace à 99,7 % et peut être pratiquée jusqu’à la fin de la quatorzième semaine de grossesse. 

A l’issue d’une IVG, un suivi médical est mis en place afin de s’assurer que vous n’avez pas  d’infections sexuellement transmissibles mais aussi de vous aider à choisir un moyen de contraception comme la pilule ou le stérilet ( DIU) si la grossesse est la conséquence d’un rapport non protégé

Pas de sexe après l'IVG ?

Les professionnels de santé conseillent de ne pas avoir de rapports sexuels post-IVG jusqu'à l'arrêt des saignements (pouvant aller d'une semaine à 15 jours). Ceci pour éviter des risques d'infections gynécologiques. Cependant, sous réserve de l'approbation de votre professionnel de santé référent, vous pouvez avoir des rapports sexuels à condition d'en avoir envie. 

En quoi un IVG peut avoir un impact sur la vie sexuelle ? 

Les IVG qu’elles soient médicamenteuses ou chirurgicales peuvent entraîner des effets indésirables tant que le plan psychologique que physique comme :

  1. Une fatigue extrême,
  2. Des douleurs au niveau de l’utérus ou du bas-ventre,
  3. Des saignements très abondants,
  4. Une anémie c’est-à-dire une carence en fer à cause des pertes sanguines,
  5. Une perturbation du cycle menstruel avec des règles plus abondantes ou plus longues,
  6. Des nausées ou des vomissements,
  7. Des troubles du transit comme des diarrhées,
  8. De la fièvre,
  9. Des vertiges,
  10. Une sensation de culpabilité,
  11. Un épuisement psychologique, 
  12. Une grande tristesse,
  13. Une peur du contact physique,

Tout cela peut bien évidemment avoir un impact sur la sexualité et cela peut se traduire de différentes manières :

  • Une perte totale ou partielle de la libido,
  • Une appréhension à l’idée d’avoir des relations sexuelles, qui peut aller jusqu'à un blocage total tel que le vaginisme
  • Une perte de confiance vis à vis des partenaires, 
  • Une dyspareunie : des douleurs lors des rapports sexuels, qui peuvent être dues à un manque d'excitation, donc de lubrification causant une sécheresse vaginale

Comment renouer avec sa sexualité après une IVG ?

Voici quelques conseils pour vous réapproprier votre corps et renouer avec votre sexualité après un avortement :

1 – En avoir envie 

Il est très important de ne pas vous forcer à avoir des rapports sexuels. Faites l’amour seulement si vous en avez envie et pas uniquement pour faire plaisir à votre partenaire ou par sentiment d’obligation.

2- Savoir dire stop 

Même si vous êtes à l'initiative du rapport sexuel, vous avez tout à fait le droit de l’interrompre si vous n’en avez plus envie. Votre corps vous appartient et la notion de consentement est primordiale

3 – Choisir la bonne personne

Privilégiez une personne de confiance respectueuse de votre corps et de vos désirs plutôt qu’un partenaire pressé, manquant de douceur ou pas à votre écoute. 

4 - Communiquer avec votre partenaire

N’hésitez pas à lui confier vos appréhensions et à formuler ce dont vous avez envie et au contraire ce que vous ne voulez pas. Verbalisez vos blocages et surtout exprimez vos douleurs. 

4- Privilégier les rapports non pénétratifs

Après une IVG surtout lorsqu’elle est chirurgicale, il arrive que le vagin et l’utérus soient sensibles ce qui peut occasionner des douleurs à la pénétration. C’est pourquoi il est préférable de vous tourner vers les rapports non pénétratifs. Caresses, sexe oral, utilisation de sextoys... Il existe une multitude de manières de vous faire plaisir. D’autant plus que la grande majorité des femmes ressentent du plaisir uniquement via la stimulation de la partie externe de leur clitoris

5 – Se masturber

Le meilleur moyen de se réapproprier son corps, c’est de l’explorer soi-même. Avec les doigts ou un sextoy, redécouvrez votre plaisir au rythme qui vous convient. Cette phase d’exploration solo peut être extrêmement bénéfique pour les femmes ayant une peur de la sexualité ou une dyspareunie à cause d’une IVG traumatisante. 

Photo by Womanizer Toys on Unsplash