Le trouble dysphorique prémenstruel

June 27, 2022 par Nikita

Chaque mois à l’approche de leurs règles, certaines femmes souffrent d’une forme très sévère de syndrome prémenstruel : le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM). Quels en sont les signes ? Existe-t-il des solutions ? On vous explique tout sur ce syndrome qui touche en moyenne 5 % des femmes qui ont leurs règles. 

C’est quoi le syndrome prémenstruel ? 

On parle de syndrome prémenstruel ou SPM pour désigner un ensemble de symptômes physiques ou psychologiques qui surviennent juste avant les règles. Le SPM apparaît généralement dans les 2 à 7 jours qui précèdent le début des menstruations et disparaît avec l’arrivée des premiers saignements. Les symptômes du syndrome prémenstruel sont très variables d’une femme à l’autre tant par leur nature que par leur intensité.

1 – Les symptômes physiques du SPM

  1. Douleurs et crampes au niveau du ventre,
  2. Fatigue intense et troubles du sommeil,
  3. Maux de tête,
  4. Bouffées de chaleur,
  5. Troubles du transit : constipation, diarrhée, ballonnements, nausées, vomissements…
  6. Apparition de boutons d’acné généralement au niveau du menton,
  7. Une mastodynie : des douleurs dans les seins qui sont souvent gonflés et ultra sensibles,
  8. Apparition de fringales et augmentation de l’appétit,
  9. Chute de tension pouvant entraîner des évanouissements,
  10. Rétention d’eau et jambes lourdes,
  11. Douleurs dans les lombaires,

2 – Les symptômes psychologiques du SPM

  1. Irritabilité: c’est pas le moment de nous chercher des noises !
  2. Anxiété
  3. Sentiment de mélancolie
  4. Sensation d’épuisement psychologique
  5. Sautes d’humeur, on est à fleur de peau et on passe sans transition de la joie à la tristesse.
  6. Difficultés de concentration
  7. Baisse de la libido
  8. Une déprime voire une dépression

C’est quoi le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM)?

Selon la revue médicale suisse, 3 à 8% des femmes menstruées souffriraient d’une forme sévère de SPM appelée trouble dysphorique prémenstruel. Les symptômes sont les mêmes que pour le SPM mais très amplifiés. Cela se manifeste souvent par de fortes douleurs et des épisodes très violents sur le plan émotionnel pouvant engendrer des phases dépressives, des crises de colère et de panique, une sensation de vide et d’inutilité.

Ce problème n'est pas psychologique mais bien hormonal. 

Quels sont les symptômes du TDPM ?

Les symptômes du TDPM sont les mêmes que ceux du SPM mais nettement amplifiés.

Dans les cas les plus extrêmes des troubles psychiatriques peuvent s’installer tels que :

  • Une psychose
  • Des tendances suicidaires 
  • Des manifestations psychotiques

Le TDPM peut aussi aggraver l’état d’une personne souffrant déjà d’une maladie mentale ou de troubles psychiatriques comme :

  • La schizophrénie
  • Les troubles bipolaires

Quelles sont les causes du trouble dysphorique prémenstruel ?

Le SPM et TDPM sont étroitement liés au cycle menstruel. Juste avant les règles, durant la phase lutéale de notre cycle, notre corps sécrète une grande quantité de progestérone, cette hormone qui sert à préparer l’utérus à une éventuelle grossesse. Cette explosion du taux de progestérone serait à l’origine du syndrome prémenstruel et de sa version plus sévère. Une fois que les règles arrivent, la quantité de progestérone chute et les symptômes du SPM disparaissent.

Test TDPM : comment poser le diagnostic ?

Il existe des tests en ligne si vous pensez souffrir du trouble dysphorique prémenstruel. Cependant, nous vous recommandons, comme toujours, de consulter votre médecin traitant ou votre gynécologue si vous pensez être atteinte du TDPM. Cela vous permettra de disposer d'un suivi médical approprié ainsi qu'un suivi psychologique le cas échéant. 

Quelles solutions quand on souffre du trouble dysphorique prémenstruel ?

Malheureusement il n’existe pas de traitement capable de supprimer complètement le trouble dysphorique prémenstruel. Toutefois des solutions médicales ou naturelles permettent d’en soulager les symptômes.

1 – Les traitements médicaux

  • La prise de la pilule contraceptive permet dans de nombreux cas de supprimer la plupart des symptômes causés par le SPM sévère.

  • En cas de maux de tête difficiles à supporter, votre médecin pourra vous prescrire des médicaments anti-migraineux.
  • Pour traiter les crampes abdominales vous pouvez vous tourner vers des médicaments antispasmodiques ou antidouleurs comme l’ibuprofène ou le paracétamol.
  • Des antidépresseurs pour traiter les symptômes dépressifs.
  • Un suivi psychiatrique pour les personnes souffrant de dépression, de troubles bipolaires ou ayant des idées suicidaires.

2 - Les solutions naturelles

  • Utiliser la phytothérapie et les tisanes de plantes pour soulager les douleurs comme les crampes, les migraines, la mastodynie, le mal de dos et les troubles de l’humeur.

  • Ralentir sa consommation de caféine et de théine qui peuvent être responsables d’une augmentation du stress. 

  • Poser une bouillotte sur les zones douloureuses. Cette astuce de grand-mère est radicale pour soulager les lombaires et les crampes utérines.
  • Utiliser les huiles essentielles (Lien à rajouter article huiles essentielles) pour soulager le stress et apaiser les sautes d’humeur et l’irritabilité.
  • Miser sur le sport. La pratique d’une activité physique est très efficace sur les sautes d’humeur, le stress et la mélancolie.
  • Consommer des aliments riches en sucres lents et en fibres comme le pain complet, les céréales ou encore les légumes. Cela permet d’optimiser la satiété et d’éviter que vous ne vous jetiez sur des aliments gras et sucrés.
  • Prendre des compléments alimentaires. La prise combinée de magnésium et de vitamine B6 permet de limiter la fatigue, les crampes musculaires et les migraines.

Photo by Claudia Wolff on Unsplash