Tout savoir sur les kystes vaginaux

par Soraya

Quels sont les différents types de kystes vaginaux ? Quels en sont les causes et les symptômes ? Comment les traiter ? Zoom sur ces masses kystiques, très fréquentes chez la femme en âge de procréer.

Kystes vaginaux, qu’est-ce que c’est ?

Les kystes vaginaux sont des masses non cancéreuses, le plus souvent remplies de liquide, qui se situent à l’intérieur du vagin ou à l’entrée, sur la vulve. Il en existe de toutes tailles, allant d’un centimètre de diamètre jusqu'à faire la taille d’une orange. Un inconfort peut être ressenti si le kyste a pris de l’ampleur ou bien s’il s’est infecté. 

Les kystes vaginaux peuvent survenir des suites d’un accouchement ou d’une obstruction des glandes, mais ils peuvent aussi apparaître de manière spontanée. Il en existe de différentes sortes et ils sont pour la plupart bénins, tandis que d’autres peuvent nécessiter une exérèse.

Les différents types de kystes vaginaux 

Voici les différents types de kystes vaginaux :

Le kyste des glandes de Bartholin 

Les kystes des glandes de Bartholin sont dus à une obstruction du canal de Bartholin, causant une accumulation de mucus dans la glande, puis un kyste. Celui-ci est le plus souvent indolore, sauf si une infection survient et provoque un abcès. 

En général, l’obstruction du canal est de cause indéfinie, mais dans de rares cas, elle peut survenir à la suite d’une IST (Infection Sexuellement Transmissible). Ce genre de kystes se présente à l’entrée du vagin, sur les lèvres. Il apparaît chez environ 2 % des femmes de 20 à 30 ans.

Les kystes du conduit de Gartner

Les kystes du canal de Gartner correspondent à un reliquat embryologique du canal de Wolff. Ils apparaissent sur la paroi du vagin la plupart du temps. Ce type de kystes est bénin et le plus souvent asymptomatique.

Les kystes épithéliaux d’inclusion vaginale

Les kystes d’inclusion vaginale sont des kystes très fréquents. Ils se développent à la suite d’un traumatisme (comme la réparation d’une épisiotomie ou une blessure) ou apparaissent d'eux-mêmes spontanément. Ils mesurent environ 1 cm et ne sont généralement pas douloureux, mais peuvent être irritants et parfois entraîner une dyspareunie (douleur avant, pendant et après les rapports sexuels).

Quels sont les symptômes des kystes vaginaux ?

La plupart des femmes ne ressentent pas de symptômes en cas de kystes vaginaux, en particulier si ces derniers sont de petite taille. S’ils grossissent, ils peuvent cependant devenir gênants et provoquer des symptômes, tels que : 

Les kystes vaginaux peuvent se présenter de différentes façons. Ils peuvent être blancs ou rouges et enflammés. Leurs tailles varient ainsi que leur densité. Il peut aussi arriver que les kystes s’infectent et forment un abcès, suppuré ou non (bartholinite). Ils peuvent alors provoquer des douleurs importantes, de la fièvre et des sécrétions purulentes. 

Diagnostic des kystes

Le diagnostic de la présence d’un kyste peut être effectué par un gynécologue grâce à un simple examen pelvien ou un toucher vaginal.

Quelles sont les causes des kystes vaginaux ?

Les causes des kystes vaginaux sont diverses. Elles peuvent être liées à une obstruction des glandes ou du canal vaginal, ou bien à une accumulation de liquide autour des glandes de Bartholin. Ces troubles peuvent notamment apparaître à la suite : 

Toutefois, dans la plupart des cas, les kystes vaginaux n’ont pas de causes précises et apparaissent spontanément sans que leur origine soit nécessairement déterminée.  

Quels sont les traitements des kystes vaginaux ?

Avant d’envisager un traitement, une biopsie permet en premier lieu de déterminer si la grosseur est une masse kystique ou tumorale, afin de dépister une éventuelle tumeur maligne. 

Les petits kystes peuvent être laissés en place s’ils ne provoquent ni gêne ni douleur et s’ils ne sont pas infectés. C’est le cas de la majeure partie de ces grosseurs, qui n’atteint pas l’état de santé général et ne causent pas d’anomalies de la région génitale.

Les kystes vaginaux les plus volumineux peuvent être retirés par intervention chirurgicale dans le but de faire disparaître les symptômes et l’obstruction éventuelle du vagin. En règle générale, les kystes enlevés par chirurgie ne réapparaissent pas. 

Si vous soupçonnez la présence de masses kystiques, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre sage-femme, qui pourront réaliser des examens complémentaires tels qu’une échographie, pour envisager une éventuelle ablation chirurgicale de la grosseur.

Photo by Jen Theodore on Unsplash