Incontinence urinaire : Symptômes et traitement

February 10, 2021 par Nikita

Plus de 5 millions de françaises souffrent d’incontinence urinaire. Une maladie encore taboue mais pour laquelle il existe heureusement de nombreuses solutions médicales. Comment se manifeste ce trouble?  Quelles en sont les causes ? Quels traitements ? On vous explique tout sur l’incontinence urinaire.

C’est quoi l’incontinence urinaire ? 

On parle d’incontinence urinaire ou de fuites urinaires lorsque de l’urine s’échappe accidentellement de la vessie. Le plus souvent, il s’agit seulement de quelques gouttes, mais parfois c’est toute la vessie qui se vide.  On distingue trois types d’incontinence urinaire:

L’incontinence urinaire d’effort 

C’est la forme la plus commune d’incontinence urinaire. Elle se manifeste par le relâchement d’une petite quantité d’urine lors d’une activité physique, d’une quinte de toux, d’un éternuement ou encore d’un éclat de rire.

L’incontinence par impériosité

D’autres femmes présentent une incontinence dite par impériosité. Prises d’une envie soudaine d’uriner, elles sont incapables de contrôler leur vessie qui se vide presque instantanément et en entier. Cette forme d’incontinence est la plus gênante car la quantité d’urine excrétée peut être considérable.  

L’incontinence mixte

Cette forme d’incontinence combine à la fois les symptômes de l’incontinence d’effort et de celle par impériosité. 

Qui est concerné par l’incontinence urinaire ?

Si vous pensez encore que les fuites urinaires c’est  «  un truc de vieilles » alors vous avez tout faux !  S’il est vrai que leur fréquence augmente avec l’âge, l’association française d’urologie a estimé dans un rapport que l’incontinence urinaire concerne :

  • 6,2 %  des jeunes femmes de moins de 25 ans
  • 18,2 % des femmes entre 25 et 40 ans
  • 38 % des femmes entre 45 et 55 ans
  • 47 % des femmes de plus de 55 ans

Contrairement à ce que l’on peut croire, les jeunes filles ne sont pas épargnées, particulièrement celles qui pratiquent une activité sportive intensive. De même, l’incontinence urinaire est très fréquente chez les femmes enceintes ou qui viennent d’accoucher.  

Quelles sont les causes de l’incontinence urinaire ? 

Le plus souvent, l’incontinence urinaire est causée par une faiblesse du périnée, cet ensemble de muscles et de ligaments qui soutient notamment la vessie et le canal de l’urètre. Lorsque le périnée se distend et se relâche il n’est plus capable de maintenir correctement l’urètre qui laisse s’échapper de l’urine. Toutefois dans le cas de l’incontinence par impériosité, le coupable est bien souvent un dysfonctionnement neurologique. Le cerveau commande sans raison aux muscles de la vessie de se contracter et donc d’expulser de l’urine. Cela peut se produire à n’importe quel moment du jour ou de la nuit.

Quels sont les traitements de l’incontinence urinaire ? 

Il existe aujourd’hui différentes méthodes médicales ou chirurgicales qui ont fait leurs preuves dans le traitement des fuites urinaires :

La rééducation du périnée

C’est le traitement de référence de l’incontinence urinaire. Il s’agit de séances de kinésithérapie ciblées visant à tonifier les muscles et les ligaments du périnée afin qu’ils soient de nouveau aptes à soutenir la vessie et le canal de l’urètre. On estime qu’il faut en général dix séances pour obtenir de bons résultats. Il est aussi indispensable de répéter certains exercices à la maison. 

Les injections de botox

Lorsque les fuites urinaires sont le résultat d’un dysfonctionnement neurologique (incontinence par impériosité), des injections de botox dans la vessie peuvent être envisagées. Cela permet de paralyser les muscles responsables de la contraction et donc d’éviter l’excrétion involontaire d’urine. 

La stimulation électrique

Autre méthode étonnante pour traiter l'incontinence urinaire : la stimulation tibiale. Cette technique consiste à envoyer une à deux fois par jour des impulsions  électriques dans un nerf situé à l’arrière du tibia grâce à des électrodes commandées par un boîtier. Cela permet de court-circuiter les messages envoyés par le cerveau à la vessie qui ne reçoit donc plus l’ordre de se contracter.

La chirurgie 

En cas d’échec des autres méthodes, un traitement chirurgical peut être envisagé afin de stopper les fuites urinaires. L’opération consiste à placer sous l’urètre une petite bande de tissu appelée bandelette sous-urétrale. Elle joue en quelque sorte le rôle d’un hamac qui vient soutenir l’urètre afin de supprimer les fuites. Cette méthode est efficace uniquement pour les incontinences dites d’effort.

Photo by Joel Mott on Unsplash