Fuites urinaires : causes, symptômes et traitement

October 22, 2020 par Nikita

Plus de 3 millions de françaises ont des fuites urinaires au quotidien. Si c’est votre cas, pas de panique ! Il ne s’agit pas d’une fatalité. Bien que souvent handicapantes, il existe de nombreuses solutions pour en venir à bout. A quoi sont dues les fuites urinaires ? Comment les traiter ? Est-il possible de prévenir leur apparition? On vous explique tout.

C’est quoi une fuite urinaire ? 

On parle de fuite urinaire ou d’incontinence urinaire, lorsque de l’urine s’échappe de notre vessie de manière involontaire. Certaines femmes ne perdent que quelques gouttes tandis que les plus malchanceuses voient leur vessie se vider entièrement sans rien pouvoir rien y faire. Les fuites urinaires peuvent être quotidiennes ou bien occasionnelles, lors de la pratique de certains sports par exemple. 

Toutes les femmes peuvent être concernées

Il est temps de tordre le cou à l’idée très répandue selon laquelle les fuites urinaires sont un «truc de vieilles ». S’il est vrai que leur fréquence augmente avec l’âge, à cause des muscles de la vessie qui deviennent moins performants, de nombreuses jeunes femmes et même des adolescentes sont aussi concernées. 

L’incontinence urinaire d’effort

La plupart des femmes qui souffrent de fuites urinaires présentent ce que l’on appelle une incontinence dite d’effort. Elles relâchent une petite quantité d’urine lors d’une activité physique, d’une quinte de toux, d’un éternuement ou encore d’un éclat de rire.

L’incontinence par impériosité

D’autres femmes présentent une incontinence dite par impériosité. Prises d’une envie soudaine d’uriner, elles sont incapables de contrôler leur vessie qui se vide presque instantanément et en entier. Cette forme d’incontinence est la plus gênante car la quantité d’urine excrétée peut être considérable.  

Le périnée, principal responsable des fuites urinaires d’effort

Le plus souvent, les fuites urinaires d’effort sont causées par une faiblesse du périnée, cet ensemble de muscles et de ligaments qui soutiennent la vessie, le vagin et le rectum. Pendant une grossesse, après un accouchement ou à cause de la pratique intensive de certains sports, il arrive très souvent que des ligaments se distendent et que les muscles se relâchent. Le canal de l’urètre, qui permet d’expulser l’urine, n’est alors plus correctement maintenu et laisse s’échapper de l’urine. 

Le rôle du cerveau dans  l’incontinence par impériosité

Dans le cas de l’incontinence par impériosité, le coupable est bien souvent le cerveau qui commande sans raison aux muscles de la vessie de se contracter et donc d’expulser de l’urine. Ce dysfonctionnement neurologique peut arriver à n’importe quel moment du jour ou de la nuit et est toujours précédé d’un besoin intense d’uriner. 

Les fuites urinaires, un sujet encore tabou

De nombreuses femmes n’osent pas aborder leur problème de fuites urinaires  avec leurs proches ni même parfois avec un médecin. Certaines subissent cet inconfort pendant des années sans jamais aller consulter. Pourtant l’incontinence urinaire n’a rien d’une maladie honteuse. C’est même l’une des pathologies les plus communes chez les femmes. Dans un rapport, la Haute Autorité de Santé estime que les fuites urinaires concernent tout de même 36 % des femmes ayant entre 45 et 50 ans. 

Un impact psychologique considérable

L’incontinence peut apparaître comme une véritable épreuve sur le plan psychologique. Par peur des fuites, certaines femmes arrêtent de faire du sport, n’osent plus sortir et ont peur d’avoir des rapports sexuels. Elles se referment sur elles-mêmes ce qui peut avoir un impact dévastateur sur leur moral.

Utiliser des protections hygiéniques adaptées

Le premier réflexe à avoir lorsque l’on présente une incontinence urinaire c’est d’utiliser des protections spécifiques. Rassurez-vous, les couches de grand-mère ont depuis bien longtemps cédé leur place à des serviettes hygiéniques plus fines et discrètes. Il existe aussi des protèges-slips pour les fuites légères ou des culottes absorbantes. Il est déconseillé d’utiliser les même protections que pour les règles car elles ne sont pas adaptées à l’urine qui est plus liquide que le sang. De même, afin d’éviter tout risque d’allergie, il est conseillé de se tourner vers des produits sans parfum et non blanchis au chlore. 

Consulter un professionnel de santé

Parler de vos fuites urinaires à votre médecin généraliste, votre gynécologue ou encore votre sage-femme est le premier pas vers la guérison. Grâce à différents examens comme un bilan urodynamique, une échographie ou une exploration de la vessie,  ils pourront trouver les causes de votre incontinence et vous proposer des solutions adaptées. 

La rééducation du périnée : traitement de référence des fuites urinaires

La rééducation du périnée est l’une des techniques les plus efficaces afin de venir à bout des fuites urinaires. L’objectif est de tonifier les muscles et les ligaments du périnée afin qu’ils soient de nouveau aptes à soutenir la vessie et le canal de l’urètre. On estime qu’il faut en général dix séances avec un kinésithérapeute pour avoir de bons résultats. 

Les injections de botox

Lorsque les fuites urinaires sont le résultat d’un dysfonctionnement neurologique (incontinence par impériosité), des injections de botox dans la vessie peuvent être envisagées. Cela permet de paralyser les muscles responsables de la contraction et donc d’éviter l’excrétion involontaire d’urine. 

La stimulation électrique pour stopper les fuites urinaires

Autre méthode étonnante pour traiter incontinence urinaire : la stimulation tibiale. Cette technique qui consiste à envoyer une à deux fois par jour des impulsions  électriques dans le nerf fibulaire situé à l’arrière du tibia permet de court-circuiter les messages envoyés par le cerveau à la vessie qui ne reçoit plus l’ordre de se contracter. 

La chirurgie pour traiter l’incontinence d’effort

En cas d’échec des autres méthodes, un traitement chirurgical peut être envisagé afin de stopper les fuites urinaires. L’opération consiste à placer sous l’urètre une petite bande de tissu appelée bandelette sous-urétrale. Elle joue en quelque sorte le rôle d’un hamac qui vient soutenir l’urètre afin de supprimer les fuites. Cette méthode est efficace uniquement pour les incontinences dites d’effort.

Prévenir les fuites urinaires 

C’est bien connu, mieux vaut prévenir que guérir ! Voici quelques conseils pour vous aider à limiter l’apparition des fuites urinaires.  

- Boire de l’eau en quantité suffisante ( 1,5 litres par jour)

- Limitez votre consommation de café et de thé qui sont des excitants de la vessie.

- Contrôlez votre poids. Les personnes ayant un IMC supérieur à 25 ont un risque accru de développer une incontinence urinaire.

- Privilégiez des sports sans impacts qui permettent un renforcement des muscles profonds comme le pilate, la natation ou le yoga.

- Abandonner le stop-pipi. Cet exercice plébiscité par de nombreux magazines féminins consiste à interrompre à plusieurs reprises le jet d’urine lors d’une miction avec pour objectif de renforcer le périnée. Le problème c’est qu’à force de donner des ordres contraires (urine! n’urine plus!) le cerveau risque de s’embrouiller et de déclencher plus tard le réflexe d’uriner à n’importe quel moment.

Photo by Briana Tozour on Unsplash