Tout savoir sur l'utérus contractile

August 9, 2022 par Soraya

Des contractions fréquentes et répétitives au cours de la grossesse peuvent être le signe d’un utérus contractile. Qu’est-ce qu'un utérus contractile au juste ? Comment le reconnaître ? Quand faut-il s'inquiéter ? Nous faisons le point dans cet article. 

L'utérus contractile : définition

On parle d’utérus contractile quand, au cours de la grossesse, les contractions sont anormalement fréquentes. Ces contractions utérines se produisent de façon répétitive, plus de dix fois par jour. Elles apparaissent à partir du 4ème mois de la grossesse, et durent de trente secondes à une minute. 

Un utérus contractile provoque des contractions qui sont différentes de celles qui apparaissent lors de l’accouchement.

Comment reconnaître un utérus contractile ?

Tout au long de la grossesse, la future maman peut ressentir toutes sortes de sensations pelviennes et abdominales (douleurs, crampes, tiraillements…), mais toutes ne sont pas signe d’un utérus contractile.

  • Les fausses contractions

L’utérus est un muscle (le myomètre), à l'intérieur duquel se trouve l'endomètre : c’est là que se développe le fœtus. 

Lors de la grossesse, et au fur et à mesure du développement du fœtus, ce muscle évolue, s’étire et augmente de volume. Il est donc normal de ressentir de petites contractions dues à cet étirement du muscle utérin.

Ces “fausses contractions” sont appelées des contractions de Braxton Hicks. Elles ressemblent à des crampes menstruelles et ces douleurs pelviennes peuvent même passer inaperçues. Elles préparent aussi le corps des futures mamans à l'accouchement.

  • Les mouvements du bébé

Il peut être difficile de différencier les contractions de l'utérus des sensations liées aux mouvements du bébé. Ces mouvements vont créer des sensations de tensions, des pressions dans le bas-ventre qui peuvent être confondues avec des contractions.

  • Les douleurs ligamentaires

L'utérus est maintenu aux os du bassin par des ligaments. Lors du développement du bébé, l'utérus grossit et les ligaments s'étirent plus ou moins fort pour supporter le poids du bébé.

Cet étirement des ligaments peut provoquer de douloureuses sensations de tiraillement, qui apparaissent surtout en début et en fin de grossesse.

Quand faut-il s'inquiéter d’un utérus contractile?

Il est important de pouvoir reconnaître les signes d’un utérus contractile. Ceux-ci doivent pousser à consulter un gynécologue rapidement.

En effet, les contractions dues à un utérus contractile risquent de provoquer chez la femme enceinte une ouverture du col utérin, un accouchement prématuré ou une fausse-couche.

Lorsqu’il y a plus de dix contractions par jour, qu’elles durent entre trente secondes et une minute, et qu’elles sont répétitives, il faut alors consulter la sage-femme ou le gynécologue.

En cas d'inquiétude ou au moindre doute, il ne faut pas hésiter à contacter son praticien afin d'être rassurée et de savoir si une surveillance médicale est nécessaire.

La surveillance d'un utérus contractile

Afin de détecter un éventuel utérus contractile et de déterminer la cause et l’importance des contractions, un examen médical sera effectué.

Celui-ci consiste en :

  • Un examen du col de l'utérus, effectué lors d’un toucher vaginal. Cela permet de déterminer si les contractions ont un effet sur le col de l'utérus, si elles ont provoqué ou non son ouverture, et si oui à quel degré.
  • Un monitoring qui va enregistrer les contractions chez la patiente pendant une heure environ et qui permet d’analyser leur nombre et leur intensité.
  • Un ECBU peut être fait pour déceler une éventuelle infection urinaire qui pourrait avoir une incidence sur l’apparition des contractions.

Le traitement de l’utérus contractile

À la suite de ces examens, un traitement pourra être indiqué. Celui-ci aura pour objectif de réduire les contractions.

Ce traitement pourra être :

  • Des tocolytiques : les médicaments tocolytiques, comme le Salbutamol, favorisent la réduction des contractions utérines. Ils peuvent être prescrits par voie orale ou par voie intraveineuse.

  • Des antispasmodiques : les antispasmodiques vont permettre de stopper les spasmes du muscle utérin qui sont responsables des contractions.

  • L’alitement : il peut être nécessaire pour la mère de rester alitée pendant tout le reste de la grossesse lorsque le cas d’utérus contractile est très inquiétant. 

Quelles précautions en cas d'utérus contractile ?

Dans les cas d’utérus contractile, le repos est primordial.

Il est impératif :

  • D’éliminer toute activité physique trop intense, 
  • De ne pas porter de lourdes charges, 
  • De ne pas rester debout trop longtemps,
  • D'éviter tout ce qui peut provoquer une pression sur le ventre et des contractions…
  • D’éviter les longs trajets en voiture et les secousses de la route pouvant provoquer des contractions.
  • De s’allonger dès que possible, au minimum deux heures par jour.

Tous les moyens possibles pour éliminer le stress et se détendre sont les bienvenus : faire du yoga prénatal, écouter de la musique, faire de la méditation ou des séances de relaxation, faire des séances d’haptonomie…

Photo by 🇸🇮 Janko Ferlič on Unsplash