Bien vivre ses premières règles

October 15, 2020 par Nikita

Les premières règles sont une étape importante de la vie d’une jeune fille. Pour certaines, ce passage vers la vie de femme s’opère avec sérénité, tandis que pour d’autres la transition est plus difficile  à accepter. Entre les bouleversements hormonaux, le sang et  les douleurs éventuelles, il y a en effet de quoi être un peu déboussolée. Voici quelques conseils pour bien préparer l’arrivée des premières règles et les gérer en douceur. 

En parler en amont

C’est quoi les règles ? Est-ce que ça fait mal ? On saigne beaucoup ? Comment on met un tampon ?  Il est indispensable, dès le début de la puberté de répondre à toutes les questions de votre enfant sur les règles. Si vous n’êtes pas très à l’aise, n’hésitez pas à utiliser des livres ou des supports vidéos pédagogiques spécialement crées pour les adolescentes. Toutes ces explications permettront à la jeune fille de dédramatiser les règles et de comprendre qu’il s’agit d’un phénomène naturel et normal. Ainsi, le jour J votre fille saura à quoi s’attendre et pourra gérer plus sereinement cette étape. 

Eviter l’effet de surprise 

Afin de mieux anticiper l'arrivée des premières règles, il est important d’apprendre aux jeunes filles à en reconnaître les signes annonciateurs :

  • Douleurs dans le ventre
  • Tiraillements dans la poitrine
  • Boutons qui apparaissent sur le front ou le menton
  • Fatigue 
  • Douleurs en bas du dos

Eviter l’effet de surprise permet en effet de limiter le stress chez les jeunes filles. 

Penser au kit premières règles

Il existe des kits spécialement dédiés aux premières règles. Ces coffrets contiennent généralement plusieurs types de protections hygiéniques comme des serviettes, des protège-slips, des tampons avec ou sans applicateurs. Cela aide les jeunes filles à se familiariser avec les différentes protections. Elles peuvent ainsi les tester et savoir lesquelles leur conviennent le mieux. En général, ces kits sont vendus avec des livrets pédagogiques très utiles pour aider les adolescentes à s’y retrouver. Pour éviter les allergies et les démangeaisons, il est préférable d’opter pour des protections hygiéniques sans parfum et non blanchies au chlore comme celles proposées dans notre coffret premières règles. 

Faites une démonstration

C’est bien connu, un acte vaut mieux que mille mots. Même après des explications, il est possible que le fonctionnement des protections hygiéniques reste un peu nébuleux pour certaines jeunes filles. N’hésitez pas à prendre une serviette hygiénique et à la coller au fond d’une culotte pour expliquer à votre fille comment bien la positionner pour éviter les fuites et comment la fixer grâce aux bandes adhésives. Idem pour le tampon, le sortir de son emballage,  montrer le fonctionnement de l’applicateur, rappeler que la ficelle doit rester à l’extérieur, permet de rendre les choses beaucoup plus concrètes et accessibles.

Gérer la douleur des premières règles

Les premières règles sont souvent source d’inconfort et parfois de stress. Si par dessus le marché, il y a les maux de ventre, les jeunes filles peuvent se mettent à angoisser et à appréhender les prochaines menstruations. Heureusement, il existe différentes possibilités afin de les soulager : 

- La phytothérapie. Certaines plantes comme l’Achillée millefeuille, la mélisse ou le fenouil aident à réduire les spasmes de l’utérus responsables des douleurs menstruelles.

- Prendre un bain chaud. Cela permet de détendre les muscles abdominaux et l’utérus et donc de limiter les crampes. Une bouillotte posée sur le ventre a également les mêmes effets. 

- Prendre du paracétamol. Certains médicaments se montrent particulièrement efficaces pour soulager les douleurs spasmodiques liées aux menstruations. 

Attention toutefois, si les douleurs sont vraiment intenses, il est préférable de consulter un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme afin de vérifier que tout est en ordre. 

La question de l’hygiène

La question de l’hygiène est très importante à aborder avec une adolescente qui vient d’avoir ses premières règles. Les jeunes filles peuvent en effet tomber dans les extrêmes. Certaines, un peu effrayées, n’osent plus toucher cette partie de leur anatomie. D’autres, au contraire,  se sentent sales et cherchent à tout prix à décaper leur vulve à grand coup de savon. Il est important de leur expliquer  que la vulve doit être nettoyée chaque jour mais en douceur avec un produit au PH adapté. Pour la préservation de la flore vaginale et pour limiter les risques d’infections, les douches vaginales sont à proscrire tout comme l’utilisation de savons et de gels douche trop agressifs. 

Prévenir le syndrome de choc toxique 

Le syndrome de choc toxique (SCT) est une infection rare mais extrêmement dangereuse. Elle est causée par une bactérie, le S.aureus qui une fois dans l’organisme va attaquer et détruire progressivement différents organes comme le foie, les poumons ou le rein. Chez les femmes, ce syndrome survient généralement suite au port prolongé d’un tampon ou d’une coupe menstruelle. C’est d’ailleurs l’objet d’une mise en garde de l’ANSES parue en janvier 2020. Le SCT pouvant être mortel, il est très important d’y sensibiliser les jeunes filles dès leurs premières règles et de leur expliquer que leur protection hygiénique doit impérativement être changée toutes les 4 à 6 heures maximum. 

Anticiper les cycles suivants

Les premiers cycles sont souvent irréguliers et il n’est pas rare que les secondes menstruations mettent deux ou trois mois à apparaître. Afin que la jeune fille ne soit pas prise au dépourvu, il est utile qu’elle puisse emporter partout avec elle une petite « trousse de règles » avec des protections hygiéniques, du paracétamol et même une petite culotte de rechange. 

Dédramatiser les premières règles

On a souvent tendance à présenter uniquement les aspects négatifs des règles : ça saigne, ça fait mal et en plus c’est contraignant. La jeune fille peut alors s’enfermer dans  une spirale négative et  appréhender ses prochaines menstruations. Il est important de l’aider à dédramatiser ce phénomène. Il faut lui expliquer que c’est normal et qu’elle va rester la même. N’hésitez pas à insister sur les aspects positifs, elle devient une femme et c’est merveilleux !

Photo by Hian Oliveira on Unsplash